Boîte de grains d'amidonnier
Boîte de grains
de blé amidonnier
Musée agriculture ancienne

 

Poterie avec des grains de blé amidonnier (Nouvel Empire)
Poterie avec des grains de blé
amidonnier (Nouvel Empire)

Musée agriculture ancienne

 


Orge germé
Musée agriculture ancienne

 
 


Panicule de sorgho
(2500 av J.-C.)

Musée agriculture ancienne

 

Voir aussi
=> 
Les céréales
conservées au Musée d'agriculture
ancienne du Caire

 

Les céréales
fondatrices de l'agriculture
en Égypte et dans le Croissant fertile

L'agriculture méditerranéenne est née dans le Croissant fertile il y a environ 10 000 ans.

Parmi les plantes fondatrices de cette agriculture figurent plusieurs céréales : l'orge, les blés, et plus tard le seigle et l'avoine.

L'orge est sans conteste la céréale la plus importante au néolithique. Elle l'est aussi en Égypte, ce qu'atteste son rôle dans les rites religieux.

Les blés forment un groupe botanique complexe, dont l'histoire n'est pas encore totalement éclaircie.

L'engrain (Triticum monococcum) s'est surtout diffusé dans le Croissant fertile et en Europe, mais il n'est pas arrivé en Égypte.
 

L'amidonnier (Triticum turgidum subsp. dicoccum) a connu une large diffusion, y compris en Égypte, où il a longtemps été le seul blé cultivé.

L'Égypte a connu plus tard un blé à grains nus, dont l'identification porte encore à controverse. Etait-ce déjà un blé tendre, ou plutôt un blé dur ou un blé poulard, ces deux derniers faisant partie de la même espèce biologique que l'amidonnier ? En tout cas, il est significatif que les blés tendres modernes cultivés en Égypte soient appelés "blé indien", alors que le "blé de pays" est le blé dur de type pyramidal.

L'Égypte n'a pas connu le seigle (Secale cereale), ni le millet (Panicum miliaceum).

Le panis (Setaria italica) y fait une apparition discrète à l'époque romaine.

Le sorgho (Sorghum bicolor) semble être présent à l'époque pharaonique en Haute-Égypte, mais il faut attendre l'expansion des durra à l'époque musulmane pour qu'il prenne de l'importance.

Le riz (Oryza sativa) date aussi de cette époque, alors que le maïs (Zea mays) arrive après le XVIe siècle.

Michel Chauvet
Ethnobotaniste
INRA / Agropolis-Museum