Conférences

 
Expositions
Jeunes Publics
Animations
Conférences - Savoirs Partagés
Ressources
Ressources

Contacts
Agropolis-Museum
Tél : 04 67 04 75 00
Fax : 04 67 04 13 69
Mail : museum@agropolis.fr


 
D
eux mercredis soirs par mois, en moyenne, des conférences-débats ou des tables-rondes sont proposées, à partir de 18h, au grand public ainsi qu'à un public amateur ou averti.

L'entrée est libre.

Elles sont animées par un ou plusieurs scientifiques ou experts qui viennent communiquer et débattre sur le riz et ses enjeux.

Les Savoirs Partagés sont organisés en amont et en aval des animations " Grand Public ". Leurs thèmes sont choisis dans la perspective d'approfondir et/ou d'élargir les sujets abordés au cours de ces animations.

Ainsi, on retrouvera, sous réserve de disponibilité des conférenciers, le même parcours que celui proposé dans le cadre des animations "Grand public".

 


S e p t e m b r e    2 0 0 4

Rizicultures asiatiques :
Enjeux écologiques et économiques à l'aube du XXIe siècle
Conférence-débat
avec Guy Trébuil, (Géo-agronome au Département TERA du CIRAD et Division des sciences sociales de l'IRRI)

 

Le riz nourrit la moitié des habitants de la planète. Aucune autre activité n'alimente autant d'êtres humains, ne supporte autant de familles paysannes et n'est aussi cruciale pour notre environnement global. Plus qu'une culture alimentaire essentielle, le riz est un mode de vie pour 70% des pauvres d'Asie pour qui il constitue souvent la source principale d'emploi et de revenu. Les rizicultures jouent un rôle clé dans le maintien de la stabilité sociale et le développement économique de géants tels que la Chine, l'Inde ou l'Indonésie.
La forte croissance de la production rizicole enregistrée depuis près d'un demi-siècle s'est ralentie. Mais la consommation ne cesse d'augmenter et les rizicultures doivent faire face à de nouveaux défis majeurs. Chaque année, près de 50 millions de nouvelles bouches à nourrir voient le jour en Asie, alors que les indispensables surplus doivent être produits sur moins de terres, avec moins de bras, moins d'eau et moins d'intrants chimiques !
Les consommateurs tirent certes avantages des bas niveaux actuels des prix aux dépens des petits producteurs qui exploitent péniblement un hectare de rizière par famille. Mais, dans de telles conditions, d'où viendra la nouvelle génération de riziculteurs ? Et, à l'heure où les efforts en faveur de la recherche rizicole se relâchent malgré leur rentabilité passée, d'où viendront les innovations indispensables afin de gagner le défi rizicole des premières décennies du XXIe siècle ?
Mercredi 29 septembre 2004 (18h-20h) - Agropolis-Museum - Entrée libre

=> Compte-rendu en ligne de la conférence


O c t o b r e   2 0 0 4

Gestion des territoires et enjeux en Camargue
Opportunités et usages alternatifs des ressources deltaïques (riz vs protection, chasse, pêche, pâtures, écotourisme)
Table-ronde avec :
- Régis Vianet
(géographie de la Camargue, écosystèmes et multi-usages, protection & développement - Parc Naturel Régional de Camargue)
- Bernard Picon (influence de l'histoire de la gestion de l'eau, notamment rizicole, sur les systèmes sociaux et naturels de la Camargue - CNRS)
- Raphaël Mathevet (dynamique des interactions Environnement/ Usagers/ Territoire - Tour du Valat).
- Jean-Claude Mouret (
INRA - UMR Innovation)
 
Vaste plaine deltaïque de 145.000 ha, la Camargue constitue un patrimoine de grande valeur biologique, sociale et économique. Dans cette mosaïque de milieux interdépendants mais fragiles où vivent 35.000 habitants, la gestion de l'eau est la clef de voûte du fonctionnement territorial. La culture du riz, à la limite de son aire éco-climatique, qui exige une maîtrise technique rigoureuse, est à cet égard exemplaire car elle valorise l'eau nécessaire au dessalement et s'étend sur un tiers des 53.000 ha de surface agricole du delta.
Dans une logique de réduction des risques et de rentabilisation de l'espace, les acteurs locaux veulent une plus grande autonomie, notamment pour gérer l'eau, et remettent en cause la conservation des zones humides. Depuis longtemps les représentations opposent nature et usage (agriculture, chasse, pêche, salines), conduisant à des impasses de gestion et à des conflits d'usages. Pourtant chaque activité a un rôle déterminant dans ce système "socio-naturel", imbrication de domaines exploités et de grandes unités écologiques.
Une dizaine d'institutions gestionnaires tentent déjà, avec un ensemble d'outils règlementaires (réserves, acquisition foncière, conventions, gestion concertée), d'aménager l'espace et protègent les milieux naturels les plus fragiles de la spéculation foncière et économique. Reste la nécessité d'une gestion du territoire plus intégrée alliant nécessités économiques et environnementales (Projet de contrat de delta)

Mercredi 6 octobre 2004 (18h-20h) - Agropolis-Museum - Entrée libre

=> Compte-rendu en ligne de la conférence

 


N o v e m b r e   2 0 0 4

 Marché et stratégie des acteurs de la filière en France et en Europe
Table-ronde avec :
- Emmanuel Boy (Syndicat Rizerie française)
- Bruno Blohorn (Syndicat des Riziculteurs)
- Mme Chevrette (ONIC) -
sous réserve
- Jean-Pierre Brun, (société de Courtage)

La mise en place progressive des réformes structurelles de la PAC frappe aujourd'hui de plein fouet la filière rizicole, longtemps soutenue par un système d'intervention automatique à prix garantis et protégée par des droits d'imporation depuis des pays fournisseurs de l'UE, Etats-Unis, Thaïlande, Pakistan et Inde essentiellement. La menace sur la viabilité des exploitations s'accentue même si elle touche diversement les pays producteurs (Italie, Espagne, Grèce, et à moindre degré la France, le Portugal et la Hongrie) selon l'importance des surfaces rizicoles et le nombre d'exploitations. En 2006 s'ajoutera encore la suppression progressive des barrières douanières en provenance des pays les moins avancés… Face à l'ouverture commerciale, à la baisse tendancielle de prix mondiaux très cahotiques et à la concurrence, comment les acteurs vont-ils réagir pour satisfaire une demande intérieure croissante ? Les rapports de force entre négociants et producteurs vont-il permettre le développement de stratégies innovantes pour dynamiser le secteur tout en assurant une certaine stabilité au marché intérieur ? Comment apprécier la spécificité française qui charge un Office public de mettre en œuvre l'Organisation Commune du Marché européen, la politique nationale et aussi de coordonner tous les partenaires de la filière où s'expriment des logiques individuelles et syndicales très hétérogènes ?
Mercredi 17 novembre 2004 (18h-20h) - Agropolis-Museum - Entrée libre

=> Compte-rendu en ligne de la conférence


D é c e m b r e   2 0 0 4

 La consommation du riz dans les pays du Nord
De nouveaux enjeux pour la diversification et la qualité
Table-ronde avec :
- Christian Mestres (CIRAD)
- Sengdao Vengkeosay (représentant de producteurs du Laos)

Nourriture essentielle pour la moitié du globe, le riz est, au même titre que le blé, la pomme de terre, le haricot, le mil ou le maïs, la base alimentaire quotidienne des populations. Le développement peut bouleverser en quelques générations la composition du plat, mais en Europe la consommation du riz reste modeste, loin derrière le modèle asiatique (80 kg) ou de celui des PVD africains ou américains (50 kg), avec moins de 10 kg/hab/an (4.5 kg en France). Pourtant la demande se renouvelle qui privilégie les qualités de transformation, le goût et l'arôme des riz (parfumés, colorés, complets…). Les produits industriels précuits, voire précuisinés à base de riz remplacent dans les caddies le grain classique, malgré son intérêt gastronomique. Les riziers et la distribution en sont les moteurs comme l'attestent l'extension des rayons, la diversification des produits, la prolifération des marques et des labels. Le commerce équitable offre aussi aux riziculteurs du Sud l'opportunité de promouvoir des exploitations écologiquement viables et socialement acceptables, à l'exemple des organisations de petits producteurs du Laos. Fortement impliquée dans l'adaptation de l'offre à la demande depuis la révolution verte, la recherche est plus que jamais au centre d'enjeux économiques, écologiques et sociaux concurrentiels avec l'amélioration des variétés et des pratiques rizicoles, de la transformation, des conditions de vie des producteurs, devant assurer à la fois production de masse, qualité et diversité.
Mercredi 15 décembre 2004 (18h-20h) - Agropolis-Museum - Entrée libre

=> Compte-rendu en ligne de la conférence


J a n v i e r   2 0 0 5

 Riziculture et développement durable dans une zone de montagne du Vietnam
Conférence-débat
avec Jean-Christophe Castella (agronome IRD)
& le concours de Didier Pillot (CNEARC)

La transition économique des années 1980 au Vietnam (Doi moi) a bouleversé les modes de production agricole mais la riziculture a conservé toute son importance économique et culturelle. Après des déficits chroniques, le pays est désormais autosuffisant en riz et l'un des premiers exportateurs au monde. Les disparités de développement restent cependant importantes, notamment pour les régions de montagne (avec 75% du territoire et plus de 21% de la population) qui ont peu bénéficié des fruits de la croissance des années 1990. Les termes d'un cercle vicieux de dégradation de l'environnement, d'appauvrissement et marginalisation des groupes ethniques minoritaires apparaissent. La recherche sur le riz peut-elle contribuer au développement durable de ces régions ? Les travaux du projet Systèmes Agraires de Montagne dans la province de Bac Kan s'appliquent à comprendre la diversité des systèmes rizicoles et leur contribution au développement. Les données de terrain sont analysées selon les composantes du développement durable (diversité culturelle, performance économique, viabilité environnementale, équité sociale), et confrontées aux politiques publiques dans chacun de ces quatre domaines. Des mécanismes apparaissent à l'interface de ces composantes qui orientent les systèmes rizicoles selon des trajectoires différentes ; ils font ressortir notamment l'interdépendance entre riz de bas-fonds et riz de pentes et l'influence des régulations foncières sur les stratégies paysannes. Dans un contexte de grande incertitude liée à la rapidité des dynamiques et à l'extrême hétérogénéité des milieux écologiques et humains, le projet SAM et ses partenaires ont oeuvré pour l'harmonisation des politiques économiques, environnementales et de lutte contre la pauvreté.
Mercredi 19 janvier 2005 (18h-20h) - Agropolis-Museum - Entrée libre

 

 La recherche des origines du riz
depuis l'évolution biologique jusqu'à la domestication, à l'heure de la génomique
Conférence-débat
avec Gérard Second (IRD
) et Gaël Lagrange (Ingénieur bioinformatique)

Dans les années 1980, un scénario d'évolution du genre Oryza depuis l'ère tertiaire et un modèle de la domestication des riz sont proposés. L'Afrique y apparaît à la fois comme un berceau de la riziculture et comme une référence pour la domestication initiale des riz à partir d'un riz sauvage apparu dans le cadre de la coévolution herbivores graminées. En Asie, l'hybridation entre deux domestications de part et d'autre de la chaîne himalayenne impose le riz asiatique, Oryza sativa. Des hybridations entre espèces sauvages, suite à leur transport intercontinental par l'activité humaine, sont également à l'origine du développement d'une biodiversité nouvelle, jusque dans la période historique. Aujourd'hui le riz devient modèle pour la génomique des céréales de part son importance économique et la petite taille de son génome. Le séquençage de l'ADN, en cours pour le genre, est achevé pour deux variétés de riz asiatique. Les données permettent d'ores et déjà, avec les avancées de la biologie moléculaire et de la bioinformatique, de tester scénario et modèle avec une résolution inimaginable il y a peu. Des illustrations en seront présentées, sur la base de travaux bibliographiques et bioinformatiques récents :
- la paléontologie des évènements de transposition dans le génome ;
- la comparaison de séquences démontrant, avec les données de polymorphisme des années 80 et 90, la nature en mozaïque du génome du riz asiatique ;
- la conversion génique étayant l'hypothèse d'une origine hybride à l'époque historique des espèces américaines d'Oryza.

Mercredi 26 janvier 2005 (18h-20h) - Agropolis-Museum - Entrée libre

=> Compte-rendu en ligne de la conférence

 


F é v r i e r   2 0 0 5

 Riziculture et conservation de la nature dans les zones humides méditerranéennes
Conférence-débat
avec François Mesléard (Tour du Valat) et Jean-Claude Mouret (INRA)

Mercredi 2 février 2005 (18h-20h) - Agropolis-Museum - Entrée libre


Retour Le riz c'est la vieRetour Agropolis-Museum